Antwerpse Kathedraalconcerten vzw

L'orgue romantique Schyven (1891) - Historique

De geschiedenis van het Schyven-orgel

L'historique de cet orgue commence en 1878. Le 20 fevrier de cette année, décédait madame Eugenia Maria Kempeneers; elle légua à la fabrique d'église de la cathédrale la somme très impressionante de B.frs.150.000 à cette époque. Cet argent était destiné à la construction d'un nouvel orgue. Cette somme ne devenait disponible qu'à la mort de son frère en 1888.

La fabrique d'église désigna alors une commission d'experts pour sélectionner préalablement les facteurs d'orgue aptes à la construction de l'instrument. Cette première selection déboucha sur 3 firmes: A.Cavaillé-Coll à Paris; P.Schyven et Cie. à Bruxelles, et E.Fr.Walcker & Cie. à Ludwigsburg en Allemagne.

Chacun d'entr'eux fut invité à présenter un projet pour un prix fixé à 150.000 fr. Il y était imposé la préservation de l'ancienne façade, et le réemploi éventuel des anciens tuyaux était autorisé. Cavaillé-Coll propose un instrument de 76 jeux, Schyven un de 87 jeux et Walcker un de 100 jeux avec 2 voix combinées. En dehors de la selection retenue, Charles Anneessens de Gramont présente un instrument électro-pneumatique de 84 jeux. Malgré une ultime tentative de s'emparer de la commande, son offre n'est pas acceptée.

De la déliberation de la commission, Walcker est écarté du fait qu'une visite à un orgue Walcker à Düsseldorf donne un avis défavorable: la composition est inutilement grande, l'emploi de tuyaux en bois (moins cher) est éxagéré et le dessin des sommiers ne convient pas tellement au climat assez humide d'Anvers.

Le choix entre Schyven et Cavaillé-Coll est moins facile. Le projet de Pierre Schyven est apprécié comme étant le meilleur, bien que l'on ait quelque critique de détail. Ses instruments n'apparaissent cependent pas toujours exempts de défauts. D'Aristide Cavaillé-Coll on trouve la disposition presentée beaucoup trop petite pour le prix pendant que, toutes modifications inclues de la façade, il dépasse le montant imposé. Il est aussi le seul qui ne prévoit aucun entraînement mécanique des soufflets. Ses orgues apparaissent cependant toujours être dans le plus parfait état. A Cavaillé-Coll de nombreux souhaits ont été exprimé afin de rendre sa position comparable à celle de Schyven, entre autre qu'il doive fournir onze jeux supplementaires sans modification de prix; le facteur d'orgue maintient son point de vue. A la décision finale, Cavaillé-Coll reçoit seulement deux voix (dont celle de l'organiste de la cathédrale, J.Callaerts). Schyven en reçoit trois, ainsi que la commande. Le 18 mai 1889, le contrat est signé avec Schyven et les travaux peuvent commencer. Un avenant précise que dès octobre 1891, l'orgue doit déja être disponible pour les services religieuses. La livraison à lieu le 14 décembre 1891. Le jury, composé de douze hommes, qui soumet l'orgue à une approbation élargie, déclare qu'il est devenu un instrument de tout premier ordre et répond aux exigences.

Depuis lors, l'orgue Schyven a remarquablement peu changé. Un jeu, le Quintatön 12', à la demande initiale de l'organiste d'alors, J.Callaerts, a été remplacé en 1934 par un Quintatön 16'. Ce dernier a encore été remplacé en 1951 par un Bourdon 16'.

Les années périlleuses 1950-1960 durant lesquelles plusieurs orgues historiques succombèrent à l'électrification et au "rafraichissement" n'ont guère affecté l'orgue Schyven. Du point de vue technique, ceci est certainement dû à la haute qualité de la construction de ces orgues. Du point de vue musical, l'instrument offrait par sa disposition élargie, ses mutations nécessaires les possibilités satisfaisantes pour les générations futures. Finalement, la grande réputation de l'instrument aura contribué au respect de sa valeur initiale.

Ceci ne veut certainement pas dire que jamais rien n'a été modifié à cet orgue depuis 1891. Voici un bref aperçu de ces petits travaux :

1901: Stevens place un nouveau tremulant sur le Récit sur lequel il peut y être lu "geplaatst door Albert Van Winckel van Duffel in 1902".

1913: L'ancien moteur à gaz pour l'alimentation en air est remplacé par un ventilateur electrique. A l'étage inferieur du buffet d'orgue il est écrit à côté de la porte gauche "Placé le soufflet électrique en août & septembre 1913".

1921: De nouveau, le placement d' un nouveau moteur pour ventilateur.

1934: Stevens nettoie l'orgue. En même temps il remplace le Quintatön 12' du Positif par un Quintatön 16'. Ainsi, il est aussi possible que les mixtures aient été adoucies.

1951: D'Hondt place un nouveau tremulant sur le Positif et remplace le Quintatön 16' par un Bourdon 16'. L'ancienne inscription de jeu n'est cependant pas modifiée.

1973: L'orgue est partiellement démonté durant les travaux de restauration de la cathédrale. L'instrument entier a été placé à l'abri de la poussière. Le buffet a été restauré par un entrepreneur de menuiserie d'interieur.

1983: Le soufflet d'origine dans la tour de gauche (de la cathédrale) est éliminée sur recommendation des pompiers. La cathédrale est réouverte. Les travaux d'entretien de l'orgue par la firme Pels D'Hondt commence.

1986: Les travaux d'entretien de l'orgue sont achevés. Le titulaire des orgues de la cathédrale Stanislas Deriemaeker joue à nouveau sur l'instrument le 1er février. En plus d'une de ses compositions, S.Deriemaeker exécute les oeuvres jouées à l'inauguration en 1891.